top of page

L'ARBRE DU YOGA

Transmission à travers les âges d'une discipline holistique.



De nos jours, le mot Yoga connait une grande popularité. Entre les studios qui fleurissent dans les villes, les cours en ligne, les podcasts, les retraites, les marques de thé ou de legging, le terme Yoga apparait partout si bien qu’il y a de quoi s’y perdre.


Cette démocratisation du Yoga est le résultat de son long périple à travers l’histoire. Si ses origines demeurent un peu obscures et très complexes, elles sont retracées dans la tradition Indienne jusqu’à la période Védique (4500 > 1500 A.C.N.). On retrouve de cette époque les Védas, quatre livres sacrés décrivant les pratiques contemplatives et méditatives des sages. On est alors encore bien loin de la pratique physique sur le tapis. Méditations, hymnes, chants et rituels les accompagnent sur leur chemin vers la réalisation de soi. .


Il faudra attendre l’âge épique (1000 > 100 A.C.N.) pour voir le terme Yoga inscrit en toute lettres. Il est décrit dans la Bhagavad Gita, texte fondamental, comme le chemin, la pratique et l’état de conscience menant à Moksha, la libération. Pratique grandissante, c’est à l’Époque classique que les écritures yogiques les plus importantes sont écrites, les Yoga Sutras. Recueil de 195 aphorismes écrits en Sanskrit par Patanjali, les Yoga Sutras sont ces formules courtes, précises et concises qui reprennent les enseignements de différentes traditions et systèmes philosophiques indiens. Discipline ayant survécu et s'étant profondément développée jusqu'à aujourd'hui, le Yoga a évolué et progressé dans un mouvement constant à travers le temps et les cultures jusqu’à s’installer dans nos salons. Traversant les âges, il s’adresse aujourd’hui non plus seulement aux sages mais devient accessible à toutes et à tous, tant dans le monde oriental qu’occidental, et sous de nouvelles formes.


Si beaucoup passent pour la première fois la porte d’un studio pour faire de l’exercice ou entretenir leur santé physique, le chemin du yoga peut conduire à des apprentissages au départ insoupçonnables. Un voyage de connaissance de soi attend celle ou celui qui a la volonté et le courage de s’y engager.


D’apprendre à connaitre son corps, un travail plus intérieur fleurit, celui de la connaissance de soi.

À la manière dont on surfe sur les vagues de l’océan, le Yoga, par un travail d’introspection et de concentration, nous invite à quitter la surface pour descendre dans les profondeurs. Dans cet espace de calme, il devient possible d’observer ce qui est présent sous l’eau et qui était rendu invisible par le bruit des vagues. Sous le tumulte apparent, le calme intérieur se révèle et permet la clairvoyance.


Le yoga ne change pas fondamentalement qui on est, il nous invite seulement à naviguer différemment.

Voyage intérieur qui nous fait découvrir chaque muscle et chaque articulation, qui nous fait prendre conscience de la beauté de chaque respiration et qui souligne chacune de nos pensées, le yoga nous révèle à nous-même. Ce qui est expérimenté sur le tapis avec les Asanas, devient peu à peu une pratique qui s’étend au reste de notre vie.


Discipline d’une grande richesse, le Yoga est souvent comparé à un arbre dont la pratique physique ne constitue qu’une de ses huit branches. Avec pour destination Samadhi, un état de conscience permettant la réalisation de soi, le Yoga est ce chemin de vie et d’apprentissages vers l’harmonie et la paix intérieure.





La première branche, Yama, correspond à la discipline morale, à notre éthique et à la relation harmonieuse que l’on entretient avec les autres et le monde. Elle implique ainsi la non-violence, le non attachement, ne pas voler, se montrer juste dans nos actions, nos paroles, et nos écrits, et faire preuve de modération.


La seconde, Niyama, est la routine que l’on met en place pour entretenir une relation bienveillante avec soi-même. Elle comprend le fait de se purifier, de se laver, d’être reconnaissant.e et faire preuve de contentement, mettre son énergie dans le chemin que l’on choisit pour soi-même, faire preuve d’introspection et ressentir un sens de profonde connexion.


La troisième, plus connue, correspond aux Asanas. Il s’agit de la pratique physique qui permet à notre corps, véhicule de l’esprit, d’être préparé à un état de méditation. Elle invite à entretenir une bonne santé en offrant au corps la possibilité de retrouver sa motricité innée.


La quatrième, Pranayama, est la prise de conscience et le contrôle de son énergie vitale par le souffle. Les pratiques de respirations permettent de diriger son attention et son oxygène de manière privilégiée vers certaines parties du corps pour favoriser leur fonctionnement et leur pouvoir de régénération.

La cinquième branche de l’arbre, Pratyhara, correspond au retrait des sens. L’esprit est tourné vers l’intérieur et se détache des stimulations et distractions extérieures. Peu à peu, les sensations corporelles sont mises de côté pour un état de concentration.


La sixième, Dharana, est la concentration à proprement dite, c’est-à-dire la capacité de l’esprit à rester sur un seul point d’attention.


La septième, Dhyana, est la méditation. Pratique simple mais pas facile, elle est la capacité à être conscient.e de ce qui se passe dans l’ici et le maintenant et à saisir la nature de l’esprit.


L’arbre du Yoga, avec ses huit branches, est une invitation à la santé holistique. Tout comme l'arbre fait un pont entre terre et ciel, le Yoga (de Yujir ; union / Yuj ; Samadhi), terme très ancien et précieux, contient en lui-même son essence : celle d’unir et de relier. Bien au-delà d’une marque ou d’un objet du commerce, il invite chacun.e à développer des fondations solides pour mieux se centrer, s'élever, grandir et fleurir.


Sans règle immuable à suivre, sans dogme et sans obligation, il n’est pas surprenant qu’il connaisse un tel élan d’enthousiasme. Chacun.e a l'opportunité de suivre et de construire son propre chemin avec ce qui la/le rend unique. Métaphore qui commence sur le tapis : « les postures s’adaptent au corps, et pas le corps aux postures », le Yoga honore et nous accompagne dans la reconnaissance de notre singularité, moment après moment. Dans l’écoute bienveillante portée à son corps, à ses pensées et ses émotions, dans le respect porté à soi, aux autres et au monde, un sentiment d’alignement, d’équilibre et de profonde connexion s’esquisse peu à peu. Rien à attendre, rien à atteindreÊtre, tout simplement.

Comentarios


.
bottom of page